Ca vole à Gudauri

Laure vole devant un orage

A notre premier jour de liberté absolue en Géorgie, en attendant le visa Azerie, on a décidé de se balader vers le nord.
Quand on entre dans la vallée, c’est truffé d’habitations troglodytes. Par contre, de tous les côtés, c’est montagne sauvage garantie, moutons à volonté et bergers à cheval.

Un étal de chapeaux à vendre sur la route

Sur la route, on croise un ou deux très petits hameaux, et quelques étals qui vendent des chapeaux en laine, avant d’arriver à Gudauri, 2100 mètres, qui est une station de ski apparemment de petite taille (deux hôtels et une station service…).
Si avant Gudauri, il y a des tas de randos décollables partout, vu qu’il n’y a que très peu d’obstacles et plein de petites vallées à explorer, c’est après que ça devient vraiment facile de trouver des spots.
On y est arrivées un peu tard, et les cumulus menaçaient fortement de faire un orage (qui est en train de nous tomber sur la figure en ce moment même), mais on a quand même pu s’amuser un peu : il y a une sorte d’immense haut plateau sauvage, quasi sans trace humaine, qui donne d’un côté sur une vallée profonde avec des gorges impressionnantes, de l’autre sur un col très ouvert surplombé par des cimes rocheuses, où passe la petite route qui monte à la frontière.

Un des nombreux coins de paradis qu'offre le nord de la Géorgie

En grimpant dans les alpages, on obtient une variété de décollages orientés quasiment dans toutes les directions, et quand le vent s’engouffre dans la vallée, ça doit faire un chouette spot pour tenir en longeant le relief émoticône smile L’orientation Sud est pas mal là où on a volé, mais en aval, comme c’est largement ouvert, il y a moyen de voler par Nord-Ouest. De l’autre côté de la vallée, ça a l’air d’être chouette aussi, on explorera demain…
J’ai juste fait deux tout petits vols vu le temps qui se gâtait, curieusement, ça montait un tout petit peu sur le premier – je ne m’y attendais pas – mais le deuxième, c’était juste pour redescendre en vitesse les quelques 300 mètres que j’avais regrimpés, vent arrière avec la pluie qui s’amenait.

Un atterrissage sur un petit vol

3 Commentaires

  1. Bonne continuation pour ton blog que je continue à suivre réguliérement.

  2. Whats up very cool web site!! Guy .. Excellent .. Amazing .. I will bookmark your blog and take the feeds alsoKI am glad to seek out so many helpful info here within the publish, we’d like develop extra techniques on this regard, thank you for sharing. . . . . .

  3. Hee!! I call my chickens “the ee1ps#822&; … it came from them going ‘eep eep’ when they were chicks!I do eat beetroot greens sometimes but I have so much of them that I also share them with the chickens … and I also have tons of lettuce and spinach to get through, so I’m pretty sorted!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *